Clara Cornil, (H)and(s)

Publié le par Mains d'Oeuvres

(H)ere AND (S)ensitive
(H)ush AND (S)ilence
(H) A N D (S)
Hands



hands1leger.jpg
© Alain Julien



« Si quand je suis dans les bois, les bois ne sont pas en moi, ai-je le droit d’être dans les bois ? » Thoreau


(H)and(s)est à la fois une installation et une pièce chorégraphique. Dans le flux piétonnier de métropoles, Clara Cornil a photographié des mains, partie du corps qui laisse apparaître des signes imperceptibles et quotidiens de ce qui se vit, de ce qui s’échange. L’installation propose de circuler dans ces images prises à New York, Hanoï, Kinshasa, Kyoto et Cuenca. Ensuite, le spectateur est invité sur le plateau.

Avec (H)AND(S), elle poursuit son intérêt chorégraphique pour le corps-matière et le toucher a été ici le champ d’investigations. "Mouvement de curiosité et d’abandon dans ce geste vers le dehors qui construit tout le dedans. Une présence autre se construit, d’écoute et de résonances, qui laisse place. Place à ce qui peut advenir, dans l’ouverture d’un espace commun entre corps, sons et public. » Clara Cornil


« Si nos yeux nous appartiennent en propre au point de n'être reconnaissables qu'à leur seul regard,les mains nous appartiennent en commun. Nous touchons et nous touchons tous ce que nous touchons. Pourtant nos mains qui touchent recouvrent ce que les autres mains ne peuvent plus toucher, alors que nos yeux qui voient n'empêchent jamais les autres yeux de voir ce que nous-même nous voyons.
[...]
Si nos mains sont des yeux pour notre corps, des yeux pour ce qui est le plus près d'elles, elles sont toujours des obstacles pour ce qui est le plus loin. Comme nos yeux seraient des mains pour notre monde, des mains pour ce qui est le plus loin d'eux mais toujours des obstacles pour ce qui est le plus près. »

Jean-Luc Parant

hands2leger.jpg
© Alain Julien

LIRE :(H)AND(S)ou La clarière du toucher...

Lê Quan Ninh, compositeur
Je n'ai que les sons et les silences pour me tenir entre dire et ne pas dire, entre la résonance et l'évitement des mots, ou peut-être en deçà, avant que la parole ne vienne. Avant. Toujours plus près d'une origine pressentie, d'une origine fantasmée ou rien ne peut être formulé que la nécessité des distances : le rythme. Et concevoir le vivant comme une variation perpétuelle des distances, où il n'est question ni de cycles ni de scansions. Pourtant, la marche comme structure, la marche binaire - forcément - la marche qui fait croire au sol comme support, qui confond la distance avec la durée, le cheminement avec le voyage. Au commun des marcheurs, l'illusion d'un ordre à chaque pas ! Mais il y en a un qui inscrit sur son bâton de marche ce qu'il y a entre les pas, ce qui fuit de la main qui le tient, des battements de chaos, des paroles en négatif du piétinement qui les supporte. Comment être à la fois d'un territoire et de nulle part ? Comment s'accordent la terre et l'air, les visions qui naissent des appuis et celles qui oscillent en suspens ?


Pierre Fruchard, compositeur
Hands, la main, le toucher
Toucher c’est prendre concrètement conscience du corps ou de la matière de ce qui n’est pas soi
C’est aussi prendre conscience de son propre corps
C’est toujours franchir quelque chose, une peur, un interdit, une limite, un désir
C’est éprouver l’existence, aborder un territoire inconnu, donc étrange…
Cette étrangeté, ce décalage, ce surplus de réalité sera un de mes axes de travail.
Travailler la matière, le timbre, l’arythmie, amener l’instrument vers un au-delà…
D’où mon envie de collaborer avec la percussion, le métal, le bruit blanc
(H)and(S), human society
La circulation, la ville
L’accumulation de signes, l’organisation, l’énergie, le sens et l’absence de sens de tout cela sera mon autre axe de travail.
Travailler la dynamique, l’accumulation d’information, la saturation.
Peut-être alors introduire l’harmonie, l’accord.
Faire corps avec l’autre ou l’ignorer.
S’essouffler.


VOIR (H)AND(S)

le jeudi 13 et vendredi 14 mai à 20h
Achetez vos billets en ligne
 

hands3leger.jpg
© Alain Julien


Conception Clara Cornil
Interprétation Clara Cornil, Anne Journo, Mylène Lauzon, Blandine Minot, Elise Olhandéguy
Musique Pierre Fruchard, Lê Quan Ninh
Lumière Sylvie Garot
Scénographie et costumes Hop là ! nous vivons (Clédat / Petitpierre)
Textes Mylène Lauzon
Installation Clara Cornil, David Subal
Photographies et vidéos Clara Cornil

Production : Les Décisifs.Coproduction : l’échangeur - scène conventionnée de Fère en Tardenois,La Faïencerie - Théâtre scène conventionnée de Creil,
Le Manège de Reims - scène nationale,Le Nouveau Relax - scène conventionnée de Chaumont,Arcadi. Avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication DRAC Champagne Ardenne,du Conseil Régional de Champagne Ardenne, du Conseil Général de Haute-Marne,de Micadanses, de Mains d'OEuvres à Saint-Ouen (résidence d’accueil création),de la SACD dans le cadre de son Fonds Musique de Scène,de l’association Beaumarchais - SACD, de l’ADAMI et de la SPEDIDAM.
Voir aussi les autres spectacles à venir dans le cadre de  :

Publié dans Nous avons aimé...

Commenter cet article