HOME, Clara Cornil et Mylène Lauzon

Publié le par Mains d'Oeuvres

Clara Cornil, chorégraphe,et Mylène Lauzon, poète, nous proposent ici quelques interrogations sensibles pour deux voix et deux corps autour de la notion de "chez soi"


HOME


« Il n'est pas nécessaire que tu sortes de chez toi. Reste à ta table et écoute. N'écoute même pas, attends, simplement. N'attends même pas, sois pleinement calme et seul. Le monde va s'offrir à toi pour que tu le démasques (…) »
Kafka

homevisuleger.jpg
© Les Décisifs

Qu'est-ce que cela veut dire, être à la maison?

Qu’est-ce qui définit le sentiment d’être chez moi ?

Dans quelle situation, contexte, endroit je ne me sens plus ou pas chez moi ?

Qu’est-ce qu’être chez moi quand je suis avec quelqu’un ?

Mon lieu d’habitation reflète-t-il un point de vue politique ? Lequel ? De quelle façon?



Cette notion du chez moi se compose également d’éléments complexes et ténus, dont notre façon d’habiter et celle de
s’habiter..

Quel habitant sommes-nous ?

Comment sommes-nous en relation avec ce qui nous entoure, ce qui nous habite ?

En faisant place à quoi ?

En étant attentif à quoi ?

Quel est notre posture et engagement?

Comment j’habite ?

Comment je m’habite ?



"Chez moi, le corps n'est pas dans une économie de mouvements, il n'y a pas de dépenses conscientes de signes, d'actions, de réactions. Dès lors nous observerons comment le corps se place autrement chez moi. Que seraient les mouvements que l'on fait quand on s'habite? Où se logent-ils? Cela pourrait être de l'ordre du soin, des gestes pour se sentir bien, pour se sentir complètement là avec l'ensemble de ses sensations, ses émotions, ses pensées, ses sens actifs et perceptifs. Ce pourrait être des gestes sans utilité, qui ne construisent pas. Nous chercherons des situations où nous nous habitons pleinement, ne serait ce que fugitivement. Est-ce d'ailleurs un état instantané? Qui ne peut être capturé, mais sans cesse en changement et renouvelé?


Dès lors que nous reconnaissons la nécessité de s'habiter, quelle importance, quelle valeur redonne t-on à ces moments où le corps est dans une activité du rien? Nous est-il possible de conserver cet espace de l'étant, hors intention de productivité, dans notre vie d'aujourd'hui?


home2visuleger.jpg
© Les Décisifs

...Les pensées s’accrochent à la parole intérieure et viennent à nous par différentes vitesses. La vitesse de la parole dépend d’un état physique et mental, dépend aussi de l’importance de ce qu’il y a à exprimer. Or, sans même avoir à exprimer, en moi je parle, ça parle, il y a un flux de parole quasi constant, énergétique, physique. Il y a des couches et sous couches de langage qui m’habitent. En moi il y a du devenir parole, une activité sans répit. Le silence se fait rare en moi ; en moi je peux seulement que rechercher et créer le silence et le faire entrer dans la parole.

La pensée peut s’acharner dans une phrase, un mot, un son énoncé en moi et que pour moi. Parfois ce qui est entendu n’est pas entièrement formulé. Les pensées peuvent être amorcées et s’évanouir avant que la phrase soit entièrement entendue, car quelle serait la nécessité d’une forme parfaite de l’expression quand je m’adresse à moi-même ? Il reste que je m’adresse à moi-même, qu’il y a parole et voix chez moi, en moi. La parole peut faire son chemin seule et me surprendre, or souvent je sais que je me parle, que je m’adresse à moi.


L’écriture poétique s’appuiera sur ces réalités de la parole. C’est à partir de l’observation ces états et des questionnements sur la parole dans son rapport à habiter, s’habiter que la poésie sera écrite.


Clara Cornil...

clarachambreblanche.jpg

Interprète auprès de Bruno Meyssat, Régine Chopinot, Olivia Grandville, Thierry Thieu Niang, Phillip Gehmacher, Clara Cornil traverse ses expériences avec une curiosité aiguisée pour le corps (corps-matière,corps-passage, corps-présence) objet de transformation, médiateur d’écriture, figure, sujet, événement. Elle développe cet intérêt autour et à partir du corps, " traverser la forme et ce qui fait signe pour creuser au-delà du sens, dans la matière et le temps, se décoller du visible ", au sein de la compagnie Les Décisifs qu'elle fonde en 2004 en Champagne Ardenne. Clara Cornil construit une écriture en dialogue avec d'autres disciplines artistiques en invitant des collaborateurs au sein de ses créations. Elle a créé plusieurs pièces chorégraphiques: Là ( 2004), Bruisse (2005) Concert chorégraphique, Haïkus (2006), Portraits Intérieurs, Pose #1 (2007), (H)AND(S) (2009).


Mylène Lauzon...


myleneCanap2

Mylène Lauzon, poète québécoise, a co-fondé la revue de poésie C'est Selon et a dirigé plusieurs de ses numéros (2002-2005). Nombre de ses textes ont été publiés en revue (Le Quartanier, Fusées, BoXoN, Sitaudis, Action Poétique,IF, Beaux Arts Magazine...) et son premier recueil de poésie, Holeulone, est paru en 2006 aux éditions Le Quartanier. En 2008 sont parus Chorégraphies, six espaces de danse-écriture aux éditions Le Quartanier ainsi que Heureux, Alright? et Les images volées aux éditions Frémok, deux livres coréalisés avec le bédéiste belge Thierry Van Hasselt. Depuis 2006, ses lectures-performances ont été présentées dans divers lieux, notamment aux Halles de Shaerbeeck à Bruxelles, au Festival Poésie/Nuit de Lyon,  au Théâtre de la Colline (Paris) etc.

Lire Mylène Lauzon...

HOME (1ère partie) a été présenté

les 7 et 8 avril à 20 heures

dans le cadre de

Image-2-copie-8.png


Tout le programme du festival...


En savoir plus sur Clara Cornil...


Une autre pièce de Clara Cornil à Mains d'Œuvres


Publié dans Vous avez raté

Commenter cet article