Nathalie Collantes, Mode d'emploi

Publié le par Mains d'Oeuvres


Mode d'emploi
Nathalie Collantes

 


MODE D’EMPLOI est un spectacle chorégraphique dansé, ‘livré’ avec sa notice.

Tout en posant des questions sérieuses sur la perception de la danse, ce projet s’amuse à ramener au premier plan des problématiques de fabrication :

 

Qui fait quoi ?


Comment ça marche ?


À quoi ça ressemble ?

MdE1.gif

© Jérôme Delatour/Images de la danse


Avant-propos
Depuis plusieurs années je crée des projets qui s’articulent autour d’un regard réflexif sur la danse en train de se faire. Je questionne la nature des matières chorégraphiques et les ‘attendus’ de la représentation. Conjointement, depuis plus longtemps encore, je demande au danseur d’être un interprète. Je travaille sur des partitions adressées qui me ramènent sans cesse à la question du portrait. Il faudrait développer…

Ce qui me passionne dans l’art c’est sa capacité à produire des objets incomparables. Je m’émerveille d’un geste fait par telle personne dans un ‘presque rien’ de la scène. Paradoxalement le spectateur cherche toujours à re-connaître quelque chose, il se sent séparé de l’art qui a quitté le récit et les formes séculaires de la ‘virtuosité’.

Nous en sommes là, une pénurie de regards dans un pays comblé d’Histoire…

 

Le principe du mode d’emploi est de décrire dans le détail la mise en route d’un appareil, le fonctionnement d’une structure. Il est toujours recommandé de suivre pas à pas la marche à suivre.

La fonction du mode d’emploi ou de la notice d’utilisation est une forme de traduction. C’est dire dans un langage réputé accessible, la manière d’utiliser un objet. Et qu’est-ce que traduire si ce n’est rendre intelligible quelque chose d’incompréhensible, d’inconnu ?

La danse quant à elle, est souvent perçue comme une langue étrangère, et nous sommes sans cesse confrontés à l’incompréhension des publics quel que soit le pays. Mais peut-on traduire la danse ?

  MdE2.gif 
 © Jérôme Delatour/Images de la danse 

Qu’est-ce que serait la notice explicative d’une création chorégraphique ? Une longue énumération de gestes, de relations, de contextes... Une description détaillée et sans ellipses des articulations du sens potentiel de chaque séquence… Un mode d’emploi se situerait entre le catalogue et la thèse, il ruinerait sans doute la volonté première d’accessibilité, de lisibilité immédiate !

 

Et si on pensait la notice au moment de la fabrique de la danse ?

 

Et pourquoi faire un mode d’emploi, alors qu’il suffit de se laisser aller ? Et bien justement, pour s’amuser avec les obligations de clarté, de lisibilité, de fabrication du sens… obligations de l’artiste, mais aussi du spectateur qui se doit d’être ‘éclairé’…


Je voudrais tenter de prendre en charge ce mode d’emploi dans la danse même. Glisser par exemple quelques études autour de gestes écrits et déclinés en diverses variations, ou bien envisager la même interprétation dans différentes configurations. Nourri des trois créations précédentes, ce nouveau projet s’articule entre gestes, états et volontés signifiantes. Ce qui est en jeu, c’est la valeur de l’interprétation. Tout comme en musique, il ne s’agit pas seulement de jouer les notes, les gestes et leur durée composée, mais de les interpréter. Les interprètes deviennent par moments des sortes de traductrices et la répétition joue un rôle important dans ces traductions effectives ou complètement illusoires.

SO, can you understand essa tentativa de esclarecimento con la nota de intención?

Nathalie Collantes

 



Vertus-Voeux.jpg


NATHALIE COLLANTES

Nathalie Collantes a été formée auprès de Jacqueline Robinson, Suzon Holzer et Christine Gérard. Après un passage à l’université de lettres, elle rejoint la Sorbonne et son groupe chorégraphique qui sera un premier terrain d’expérimentation pour l’interprétation, la création et l’autonomie de gestion. Elle intègre ensuite la compagnie de Christine Gérard et Daniel Dobbels, puis celle d’Odile Duboc, tout en travaillant à ses propres créations. En 1992 elle fonde sa compagnie avec Chant d’encre, un duo qu’elle danse avec Brigitte Asselineau. Son travail sur la durée avec les interprètes favorise la constitution de groupes forts dont la disparité des personnalités fait la richesse. Entièrement basé sur l’autonomie des danseurs, chaque projet réclame des temps d’expérimentations qu’elle initie souvent seuls à seuls. Chaque création est pour elle, l’occasion de dessiner le portrait de ses partenaires. Elle réalise par ailleurs des films vidéo, elle est également auteur de deux livres pour enfants. Elle prépare actuellement la création du projet scénique : MODE D’EMPLOI qui clôt un cycle de créations initié en 2005 avec VERTUS.


SUZON HOLZER

Suzon Holzer mène de front une activité de danseuse, chorégraphe et pédagogue. Elle danse pour les chorégraphes Karin Waehner, Yuriko, Micheline Lelièvre, Fabrice Dugied, Nathalie Collantès, Anne Dreyfus. En dehors de ses propres solos, duos, trios, elle collabore avec Dominique Petit, Harry Sheppard, Renate Pook et Agnès Dufour. Elle chorégraphie pour Karin Waehner, Agnès Denis, Odile Rouquet et le Groupe Chorégraphique de la Sorbonne. Elle est professeur certifié de la technique Matthias Alexander depuis 1989 et se penche sur la relation et la cohésion entre cette technique et les pratiques artistiques.

 

ANITA PRAZ

Anita Praz fait des études de musicologie à Paris IV et suit une formation à l'Institut supérieur des techniques du spectacle (ISTS). Elle complète sa formation sur le sonore auprès de Daniel Deshays.

Elle est par ailleurs bandonéoniste, et danseuse de tango argentin. Ce parcours centré autour de la musique, du son et de la danse oriente naturellement son trajet professionnel à la fois comme créatrice sonore et danseuse. Elle crée les univers sonores de piéces pour le théâtre et la danse en collaborant avec des metteurs en scène et des chorégraphes tels que Guy Delamotte, Alain Ollivier, Madeleine Marion, Redjep Mitrovitsa, Guy-Pierre Couleau, Marc Paquien, Catherine Berbessou, Philippe Chevalier, Nathalie Collantes, Claire Jenny. Elle danse avec les compagnies de Nathalie Clouet, de Judith Elbaz, du Théâtre Dû. Elle danse depuis 2005 avec la compagnie Fanfare Blême. Elle enseigne le tango argentin à travers des ateliers de musicalité dans la danse.

 

JULIE SALGUES

Julie Salgues, suit une formation en danse au Conservatoire National Supérieur de Lyon. Titulaire d’un master  au département danse de l’université de Paris 8, elle poursuit ses recherches théoriques lors de sa formation en culture chorégraphique dirigée par Laurence Louppe. Elle est danseuse interprète pour Philippe Saire, Brice Leroux, Odile Duboc, Laure Bonicel, Dominique Brun et Myriam Gourfink. Depuis 2000, elle travaille tout particulièrement avec Nathalie Collantes, et co-écrit : « On danse ? » publié aux Editions Autrement. Elle crée son premier solo ? J’aurais aimé être Vincent Cassel ? à Lausanne en 2003. En 2004 elle conçoit avec Anatoli Vlassov les projets chorégraphiques Les Invisibles et Chorégraphie pour Engins avec la participation d’éboueurs professionnels.

Titulaire du diplôme d’Etat, elle dirige notamment des Ateliers du Regard  qui questionnent la pratique du spectateur. Depuis octobre 2003, elle codirige avec Philippe Chéhère des ateliers de danse à l’hôpital de la Salpêtrière pour des personnes touchées par la Maladie de Hungtinton.

Elle fait partie du comité de lecture de la revue Repères éditée par la Biennale Nationale de danse du Val-de-Marne de 2006 à 2009.



VOIR MODE D'EMPLOI

les 27, 28 et 29 mai à 20h

 

 

Achetez vos places ici

avec : Suzon Holzer, Julie Salgues, Nathalie Collantes, Anita Praz / chorégraphie : Nathalie Collantes / lumière : Sylvie Garot / son  Manuel Coursin 

 

Production :  Fanfare Blême / Coproduction Art Danse CDC Dijon Bourgogne/ Cie résidente à Mains d’Œuvres – St Ouen Avec le soutien de micadanses et du CND pour le prêt de studios / Avec le soutien de La Ménagerie de Verre dans le cadre des Studiolab / Avec le soutien de la Direction régionale des affaires culturelles d’Ile-de-France, Ministère de la Culture et de la Communication/ Avec le soutien de l’ADAMI

 


 

Publié dans Nous avons aimé...

Commenter cet article