Sofia Fitas • Experimento 2

Publié le par Mains d'Oeuvres

Experimento 2, en ce moment en répétition...


En 2008, nous avons déjà accueilli Esperimento 1, recherche dans laquelle Sofia Fitas explorait le corps comme un système où circulent des énergies et des intensités, où s’établissent des influences réciproques, des tranférences de fonctions, des relations osmotiques entre ses éléments, et où se donnent des transductions d’énergie. Un corps qu’envisage la décentralisation de fonctions et non leur hiérarchisation. Un corps qui se révèle comme étonnement, émerveillement et questionnement devant le monde.


Pour faire suite à cette recherche, Experimento 2, pa du concept de Devenir de Deleuze. Il s’agira de chercher à trouver des points de croisement, des relations et des interactions, entre ce concept et le mouvement dansé. Le concept de devenir est caractérisé, selon Gilles Deleuze, comme un mouvement de modulation d’intensités, c’est entrer dans une zone d’indiscernibilité, dans un état fluctuant, variable, disponible á capturer un flux d’énergies ou d’intensités.



© Jérôme Delatour - Images de la danse

Devenir, ce n’est pas une correspondance d’information, de produits ou d’identifications, mais l’établissement d’un agencement, d’une circulation d’affectes impersonnelles, d’un flux alternatif, d’une déterritorialisation. Devenir, c’est aller vers le moins différencié, c’est se rendre imperceptible, inconnu pour ainsi potentialiser les possibilités d’être.

Ouvrir le corps à l’imaginaire, le débarrasser de constructions habituelles et normalisées, trouver d’autres logiques d’articulation et de mouvement, remplir le corps de possibilités consistantes, lui donner de la visibilité et du sens.

Découvrir un corps en devenirs multiples. Un corps impersonnel, hétérogène qui ne cherche à s’identifier à un sujet, à un objet ou à des modes d’être et de l’être, mais qui, au contraire, essaie de s’exprimer intensivement, de se transformer et de dériver dans d’autres multiplicités. Un corps qui se reforme, se restructure et se ré-élabore constamment, qui se rend nomade et rêve de soi-même…




Créer un être de fuite, singulier, inorganique et imperceptible, qui met en jeux des articulations, désarticulations, oppositions, contractions, torsions, distorsions, conflits, inquiétudes, qui module des forces, crée des images et qui re-établit des relations qui se révèlent comme stimulus à la réflexion et au questionnement.


 

© Jérôme Delatour - Images de la danse

 

 


Un corps dans lequel ne se définit pas un territoire, mais où se découvrent et se déplient des trajets réels et virtuels, qui se croisent, s’éloignent, se superposent, se renversent, qui ne se veulent ni conclusifs, ni définitifs.

 

 


Lire le récit d'un spectateur averti qui a suivi les répétitions...


 et voir les photos de Jérôme Delatour


VOIR EXPERIMENTO 2

Les 11 et 12 juin 2010 à 20h

avec Maxence Rey - Les Bois de l'ombre

et Grazia Capri - On being an angel


Commenter cet article